environnement-voyages

environnement-voyages

ARTICLES DIVERS


La voile sportive et les diabétiques

LA VOILE SPORTIVE ET LES DIABÉTIQUES.

Le départ de Madère     (C)  Photo "Tranquadra"

 

Cette fois, je vous invite à un long voyage, une course transatlantique à la voile, la « Transquadra », réservée aux marins amateurs de 40 ans et plus.  Une dizaine de jours en mer, sur l’océan Atlantique, entre Quinta do Lorde (Madère) et Le Marin (La Martinique).

 

En 2013, une première étape de la Transquadra avait menés mes amis Philippe Pirard et Fabrice Wolters ( ASBL Force Douce) de Saint-Nazaire à Quinta do Lorde (île de Madère).

La seconde étape de la Tranquadra doit les mener de Madère à la Martinique.

Ils ont quitté Madère le samedi 24 janvier, vers La Martinique, à bord d’un voilier, un First 31.7, aux voiles marquées «Blue Circle – Proximedia».

 

Comme dans d’autres courses transatlantiques, le sponsoring associatif a pris de plus en plus d’ampleur.

Cette fois ci, à la performance du Blue Circle, vient s'ajouter une noble cause à défendre, cette de sensibiliser l'opinion publique à l'amélioration de la vie des jeunes diabétiques, et des handicapés en général.

En 2012, déjà, 3 jeunes diabétiques avaient participé à Transat Québec – Saint-Malo.

Il y a une quinzaine de jours, deux adolescents diabétiques de 18 et 15 ans ont navigué avec Philippe Pirard, de Quinta do Lorde (Madère) à Porto (Portugal).

Début janvier 2015, d'autres jeunes diabétiques avaient déjà découvert l’île de Madère dans les mêmes conditions.

Bardés de capteurs, les appentis marins diabétiques ont enregistré de nombreux paramètres qui serviront à étayer une thèse de l'Université de Bruxelles, consacrée à la voile et au diabète.

Comme les efforts à fournir pendant la course sont intenses et bien répartis le jour comme la nuit, la voile est une activité qui permet de réguler le dosage en insuline.

La voile sportive permet aussi à ces jeunes d’accepter leur handicap et de se dépasser.

Cette expérience sera renouvelée aux Antilles, par la traversée l'Atlantique vers l’Europe, via les Açores, avec un équipage composé en partie de jeunes, diabétiques eux aussi.

 

En attendant, Le Blue Circle va affronter les Alizés pendant une dizaine de jours pour rallier les Antilles.

Souhaitons leur «bons vents» !!!

 

Cet article est inspiré d’un texte du site de la Transquadra 2013-2014.

http://www.transquadra.com/272-La_voile_est_le_sport_dedie_aux_diabetiques_cest_un_belge_qui_me_la_dit

 

 

 

Jacques Schwers

Le 30 janvier 2014

 


29/01/2015
0 Poster un commentaire

La balade dans la nature : un médicament ?

La balade dans la nature : un médicament ?

 

 Une b&alade dans la Nature  un médicamment.JPGPhoto js (C)

Il est établi que notre mode de vie citadine et son rythme accéléré ont des effets néfastes sur notre santé : stress, problèmes cardiaques, dépressions et diabète n’ont jamais été aussi présents.

La plupart de ces maladies du siècle sont soignés à coup de médicaments plus ou moins efficaces, avec leurs effets secondaires dangereux et des retombées sur les budgets familiaux.

Une question posée dans un récent article de la revue Univers-Nature : « La solution à ces maux contemporains se trouve-t-elle dans la nature ? »

 

Les effets de la nature sur notre vie, sur notre santé sont reconnus depuis des millénaires, mais ce n’est que récemment que des chercheurs se sont penchés sur le sujet.

En 2009, une équipe de chercheurs Néerlandais a démontré que les personnes situées à moins d’un kilomètre d’espaces verts souffrent moins de toutes ces pathologies contemporaines.   Ce phénomène est visible même si ces personnes se contentent d’avoir une fenêtre avec vue sur la nature.  D’après d’autres chercheurs, même de simples images de la Nature permettent déjà une amélioration de notre santé physique et mentale

Des chercheurs japonais ont prouvé que 15 minutes de marche dans les bois ont un impact direct sur notre physiologie : baisse du taux de cortisol, baisse de tension artérielle, et baisse du rythme cardiaque.

Certaines autorités de la santé, aux Etats Unis, incitent les médecins à prescrire des promenades dans des parcs et les bois.

En Finlande, on recommande d’être pendant 5 heures par mois dans la Nature, pour combattre le taux alarmant de dépressions, probablement dû à la longueur des nuits polaires.

En Corée du Sud, une grande partie de la population s’adonne à des activités en forêts, comme la marche ou le yoga, pour surmonter la dépression ambiante.

 

La raison de ces bénéfices constatés demeure un mystère.  Les chercheurs se contentent d’émettre des hypothèses quant au fait que la nature peut nous soigner.

 

En ce qui me concerne, c’est cette vue sur la nature et la proximité de la forêt qui ont guidé ma récente recherche de logement.  Personnellement, j’ai expérimenté que marcher à pieds nus sur du gazon humide, ou rester assis sur le sol, le dos contre un gros arbre, ont un effet calmant extraordinaire.

Il faut aussi se souvenir que c’est dans cette Nature que l’on peut trouver bon nombre de plantes sauvages aux vertus nutritives et/ou curatives connues depuis des millénaires.  Je rappelle cependant que, avant de cueillir et consommer ces plantes, il faut les connaître et les différencier.  Certaines d’entre elles peuvent en effet être hautement toxiques.

Je vous invite donc à vous promener dans des espaces naturels, campagne ou forêt, bien loin des voitures et autres moyens de transports.

 

Ce texte est inspiré de l’article de la revue Univers Nature, cité plus haut. :

http://www.univers-nature.com/actualite/nature/et-si-une-balade-dans-la-nature-etait-un-medicament-67793.html

 

Bonnes promenades.

Jacques Schwers

Le 14/04/2016

 


14/04/2016
1 Poster un commentaire

SITUATION DE LA SECHERESSE EN BELGIQUE

 

Nuages17-06-11 08.38.10w.jpg

(photo js   (C))

 

Situation de la sécheresse en Belgique

 (photo IRM)

La sécheresse : quelques explications

 

 

La sécheresse est un phénomène complexe qui peut avoir de lourdes conséquences sur la société.

La complexité de ce phénomène se traduit, non pas par une définition, mais par plusieurs définitions du terme, ainsi que par plusieurs façons de la mesurer.

De manière générale, le phénomène de la sécheresse est réparti en différentes catégories, chacune reprenant sa propre méthode de mesure.

 

La sécheresse météorologique fait bien entendu partie de ces catégories. Elle est assez simplement définie comme étant l'écart des quantités de précipitations observées par rapport à la valeur normale correspondante. Ceci se produit de temps à autres, lorsque des zones de haute pression influencent notre temps.

 

Si cette situation perdure, la sécheresse peut aussi se manifester dans le sol, avec parfois de graves conséquences pour l'agriculture.

Ce type de sécheresse est donc aussi appelée "sécheresse agricole".

Enfin, dans une phase ultérieure, cette sécheresse peut également avoir des conséquences sur les bassins et les rivières.

On parlera alors de "sécheresse hydrologique".

 

Que montrent les nouvelles cartes ?

 

Vous pouvez suivre, dès à présent sur le site web de l'IRM, une toute nouvelle rubrique fait tous les jours le point sur une éventuelle sécheresse ou un trop plein de précipitations.

L'IRM utilise un indice de mesure qui compare la quantité de précipitations tombées avec les valeurs moyennes/normales, en fonction de la climatologie.

Nous nous concentrerons exclusivement sur la sécheresse dite "météorologique".

Cette rubrique sera mise à jour quotidiennement, tout au long de l'année.

 

 

Situation actuelle

 

Après une météo légèrement variable pendant le mois de juillet, la situation de sécheresse est devenue un peu moins problématique momentanément dans presque tout le pays.

Seule une région de l'ouest du pays reste dans une situation de sécheresse que l'on peut encore qualifier de "sérieuse". Partout ailleurs, la situation est qualifiée de "normale" à "sèche".

Il n'y a pas de grands changements prévus dans les jours qui viennent. Etant donné que nous nous limitons à la sécheresse météorologique, la situation peut cependant encore être remarquable dans d'autres domaines (les sols, etc.).

 

Via un graphique, vous pouvez voir comment se comportent les totaux de précipitations moyens dans tout le pays, par rapport aux valeurs climatologiques normales.

 

Le graphique ci-dessous montre l'évolution de la sécheresse éventuelle ou du surplus de précipitations dans le temps.

La ligne rouge indique la position du total des précipitations de ces 90 derniers jours (en pourcents), par rapport aux valeurs climatologiques normales.

Il s'agit ici d'une moyenne pour toute la superficie du territoire belge.

Les lignes verte et bleue indiquent respectivement l'évolution de la période de 90 jours la plus humide à la même date et l'évolution de la période de 90 jours la plus sèche à la même date.

 

(Graphique IRM)

 

 

Les cartes ci-dessous montrent comment les indices de sécheresse actuel et comment elles se répartissent spatialement.

Nous utilisons un indice normalisé des précipitations cumulées sur les derniers 90 jours (SPI-3).

Les classes de définitions utilisées (humide/sec, très sec/très humide, extrêmement sec/extrêmement humide) sont établies par rapport à une période de référence climatologique de 1981 à 2010.

Elles et font chacune respectivement référence à des périodes de retour de 10 à 30 ans, 30 à 50 ans et plus de 50 ans.

Pour les prévisions d'indice, nous utilisons les cumuls de précipitations des 80 derniers jours et les prévisions des cumuls de précipitations des 10 prochains jours.

Les prévisions proviennent du modèle de prévisions européen ECMWF.

 

 

Une première carte vous montre quelles régions doivent faire face à une sécheresse ou à un trop plein de précipitations, en fonction des observations des derniers mois.

 

 

 

(Graphique IRM)

 

 

 

Une deuxième carte reprend les prévisions d'éventuelle sécheresse ou de trop plein, sur les 10 prochains jours, sur base des derniers calculs numériques.

 

(Graphique IRM)

 

 

Extrait du site de l’Institut Royal Météorologique :

https://www.meteo.be/meteo/view/fr/32176460-Qu%27en+est-il+du+niveau+de+secheresse++.html

 

https://www.meteo.be/meteo/view/fr/31722781-Secheresse.html

 

Bonne lecture

Jacques Schwers

Le 5/08/2017

 


05/08/2017
0 Poster un commentaire

Communiqué de presse NATAGORA : Les lois de protection de la Nature

9 pays européens refusent de brader la nature

Automne RC 151025js011.JPGPhoto JS  (C)

Les lois de protection de la nature en Europe viennent de recevoir un soutien massif des principaux pays européens, menés par l’Allemagne.

Une excellente nouvelle qui fait suite à la campagne "Nature Alert" qui a poussé, il y a quelques mois, plus 500.000 citoyens à faire cette demande à la Commission.

Les directives "Oiseaux" et "Habitats", bases de la législation environnementale européenne, sont pour l’instant en danger suite à une volonté de révision par la Commission européenne. Cette révision se déroule dans un contexte inquiétant, le président Jean-Claude Juncker ayant annoncé vouloir « les fusionner et les remanier » pour le rendre plus business friendly. Mais une lettre menée par le ministre de l’environnement allemand vient d’être signée et officiellement remise au commissaire européen de l’environnement, Karmenu Vella. Elle appelle à ne pas rouvrir ces directives et demande à la commission de se concentrer plutôt sur leur implémentation et leur renforcement ! La lettre a notamment été signée par Ségolène Royal, ministre française de l’environnement, dont le pays demande un renforcement des directives.

Cette alliance, rendue publique hier, comprend neuf gouvernements européens (Allemagne, France, Espagne, Italie, Pologne, Slovénie, Roumanie, Croatie et Luxembourg), dont les populations représentent 63% du total européen.

Philippe Funcken, directeur général de Natagora explique : « Le message est clair : on ne touche pas aux directives oiseaux et habitats ! Nous sommes particulièrement contents de cette annonce, elle fait suite à la vaste campagne menée notamment par Natagora en Belgique. Plus de 500.000 personnes se sont mobilisées à travers l’Union Européenne pour empêcher un détricotage de la législation environnementale. Cette lettre confirme le succès des associations et un réveil démocratique dans les instances européennes. »
>  Lettre des neuf ministres au commissaire européen Karmenu Vella
Présente dans tout l’espace Wallonie-Bruxelles, Natagora
possède de nombreuses réserves naturelles, réparties sur plus de 4.500 hectares. Le grand objectif de l’association est d’enrayer la dégradation de la biodiversité et contribuer au rétablissement d’un meilleur équilibre entre l’homme et la nature.

 
Copyright © 2015 Natagora, All rights reserved.


30/10/2015
0 Poster un commentaire

COLLOQUE : QUI FAIT QUOI POUR LES ABEILLES ?

 

Abeilles 160422js156w.JPG

Photo JS  (C)

 

Des organisations de terrain, équipes scientifiques, associations, pouvoirs publics, provinces, communes, entreprises, écoles et autres acteurs mettent en œuvre des actions et

projets pour la préservation des abeilles sauvages et de l’abeille domestique.

Colloque le 15 mai 2017

Les objectifs du colloque sont les suivants :
  • mettre en avant et promouvoir les actions, projets et campagnes
  • pour la préservation des abeilles
  • partager des informations et résultats afin d’inspirer de nouveaux projets
  • et des synergies
  • stimuler la collaboration en rassemblant les acteurs œuvrant pour
  • la préservation des abeilles
  • identifier les lacunes et évoquer des pistes pour y remédier
Pour participer au colloque du 15 mai 2017 à l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, veuillez vous inscrire via ce lien.

Collecte d'information

Afin de pouvoir donner une image aussi exhaustive que possible des actions,

projets et campagnes mené(e)s pour la préservation des abeilles,

nous vous prions de nous communiquer

les informations concernant vos propres actions, projets et campagnes

via cette page.

Veuillez nous transmettre les informations avant le 15 mars 2017,

afin de pouvoir les prendre en compte

pendant le colloque et de proposer des présentations (poster, oral).

Par la suite, d'autres informations restent les bienvenus afin de compléter

l'inventaire des actions, projets et campagnes.

Faites buzzer ce message

Pouvons-nous vous demander de nous aider à toucher le plus possibles

d'intéressés (potentiels) par ce sujet en forwardant ce message à vos collègues,

contacts, réseaux, d'autres acteurs pour les abeilles et la biodiversité, etc. ?

D'avance un tout grand merci pour votre aide.

Plus de renseignements

Koninklijk Belgisch                                          Instituut voor                                          Natuurwetenschappen     SPF Santé publique,                                          Sécurité de la Chaîne                                          alimentaire et Environnement     Waals Gewest     Leefmilieu Brussel     Vlaamse Overheid

09/02/2017
0 Poster un commentaire