environnement-voyages

environnement-voyages

FRANCE GRANDE BRETAGNE ISLANDE

Voyages en France


La Transat Québec - St Malo, un défi !

La « Transat Québec -  Saint Malo », un défi !!

 

« La mer peut faire rêver, le rêve devenir une passion, la passion se partager !! »

 

 

Face à la mer on peut tous grandir.

 

3 jeunes diabétiques belges ont relevé un défi, celui de participer à la célèbre Transat ‘‘Québec – St Malo’’, la seule traversée de l’Atlantique d’Ouest en Est, à la voile, en mémoire de la découverte du Canada, par Jacques Cartier, explorateur malouin, en 1534.

 

Le 22 juillet 2012, avec 24 autres voiliers, 3 jeunes diabétiques ont quitté la ville de Québec, à bord du «Proximedia», un voilier monocoque de 40 pieds de long (12m19).  Ils étaient accompagnés de deux skippers expérimentés.

Ils ont descendu le St Laurent, puis pris le cap vers l'Europe, cherchant le meilleur cap à prendre en fonction des vents et des courants.

Ils sont arrivés à Saint-Malo en Bretagne après 14 jours, 5 heures et 57 minutes en mer.

La transat est déjà une dure épreuve pour n’importe quel marin.  Mais c’est un défi de taille pour les 3 jeunes diabétiques.  Le diabète est un dysfonctionnement du système de régulation de la glycémie (le taux de sucre dans le sang).

 

En temps normal, c’est une maladie déjà difficile à vivre et à gérer.

Ce l’est encore plus, en compétition, où il faut vivre, en poses, dans un espace vital réduit.

Tout au long de la traversée de l’Atlantique, ils ont affronté une mer très difficile, et ils ont rencontré des problèmes techniques, comme la déchirure d'un "spi".

Et surtout ils ont maitrisé leur glycémie défaillante : une victoire sur eux-mêmes.

Ces épreuves leur ont permis de ne plus être juste des «diabétiques», mais de devenir des «marins-diabétiques».  Ils ont été capables de gérer parfaitement leur handicap, en même temps que les difficultés de ce voyage.

 

Ils doivent cette brillante performance à une Association Sans But Lucratif (ASBL), crée en 1995, et dont le but est d’aider des jeunes en difficulté médicale, mentale ou sociale, à se prendre en charge, à se responsabiliser et à devenir autonomes, ceci en les initiant à la voile sportive.

Cette association transforme ainsi des « handicapés » en « marins », capables de se distancier des problèmes de maladie ou autre handicap qu’ils vivent.

 

Il s’agit de l’ASBL Force Douce, basée à Bruxelles.

Les prestations de Force Douce s’adressent à des adolescents présentant diverses pathologies dans le domaine de la santé (diabète, cancer, hémiplégie, surdité, malvoyance, etc.), et aussi de l’aide et la protection de la jeunesse.

 

Force Douce travaille surtout l'acceptation et la gestion des problèmes.  Le but est d’abord de faire accepter aux jeunes leur handicap, puis de les aider à le surmonter, en réalisant des défis, au moyen de stages et de compétitions à bords de voiliers performants, et dans le cadre de championnats officiels.

Le travail consiste donc à redonner aux jeunes handicapés confiance en eux, et à leur permettre de vivre une adolescence la plus harmonieuse possible.

 

L’association navigue chaque année avec plus de 100 jeunes, essentiellement des diabétiques, et aussi des handicapés physiques et des jeunes ayant des problèmes d’intégration sociale.  Tous les jeunes sont encadrés par des marins qualifiés, des éducateurs spécialisés et une équipe thérapeutique adaptée à chaque handicap.

 

Accepter son diabète et toutes les contraintes qui l’accompagnent, a fait de ces jeunes diabétiques des Hommes libres, indépendants, responsables et épanouis.

 

Une deuxième génération de marins diabétiques encadre d’autres jeunes, crée d’autres projets qui les amèneront, par étapes, à affronter leur handicap avec succès.  Cette jeune génération assure l’avenir de Force Douce.

 

Si j’ai voulu partager avec vous cette belle expérience de Vie, cette belle expérience de courage et d’enthousiasme, c’est que, une fois n’est pas coutume, j’ai une demande importante à vous transmettre.

 

La compétence de Force Douce est de plus en plus reconnue, tant par les autorités que par les parents des jeunes marins.

 

Et pourtant, Force Douce connait actuellement de graves problèmes pécuniaires.

La situation économique défaillante amène les Sociétés commerciales et les particuliers à réduire leurs subsides et leurs dons.

L’Association se trouve dans une situation dramatique.  Si celle-ci se poursuivait, elle ne pourra bientôt plus, faute de moyens, aider ces jeunes à se prendre en charge.

 

Le Conseil d’Administration envisage, bien sûr, différentes solutions.

En ce qui me concerne, je me contenterai ici de vous inviter à participer à la vie de notre Association, dont le budget annuel est d’environ 150.000 euros.

 

Comment faire ?

Vous pouvez vous présenter comme bénévoles pour nous apporter votre aide et votre expérience.

 

Vous pouvez aussi virer une somme, même modeste, à la Fondation Roi Baudouin, qui gère le « Fond l’Envol – Force Douce », dont le but est de rassembler les dons pour l’ASBL.  Les dons de 40 euros et plus bénéficient de la déductibilité fiscale.

 

Les coordonnées bancaires :

 

Compte :      000-0000004-04 de la Fondation Roi Baudouin à 1000 Bruxelles

 

BIC :            BPOTBEB

 

IBAN :          BE10 0000 0000 0404

 

Communication indispensable :

R11280 – Fond l’Envol - ForceDouce

 

C’est tout simple … Et vos dons peuvent nous sauver la vie et profiter à ces jeunes que nous aidons.

Ils vous en sont reconnaissants.

Merci d’avance

 

Avez-vous ou connaissez-vous une expérience semblable ?

Faites-moi part de votre expérience !

N’hésitez pas à me contacter si besoin.

Bonne route et bons vents !!!

 

Jacques SCHWERS

Administrateur de l’ASBL Force Douce

Octobre 2012

 

 

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à visiter :

« Force Douce » : www.forcedouce.org

L’Association belge du diabète : www.diabete-abd.be/

L’Association Française des diabétiques : www.afd.asso.fr

La section malouine : www.diabetomalo.wordpress.com

Planète insuline : www.planete-insuline.com/

 


17/10/2013
2 Poster un commentaire

NEWCASTLE UPON TYNE & DURHAM (ANGLETERRE)

Durham Mouette 160810js1516w.JPG

 

Newcastle upon Tyne & Durham

La dernière étape de notre voyage.

Angel of the North 160810js1478w.JPGThe angel of the North (Newcastle)  photo js

 

Newcastle upon Tyne, est une ville d’environ 500.000 habitants, située à l’est de l’Angleterre, à l’embouchure de lu fleuve ‘the Tyne’, sur la côte de la Mer du Nord.

Durant l'ère romaine, une petite cité au nom de Pons Aelius s'était installée près du site actuel de la ville.

La ville elle-même fut fondée par les Normands en 1080, pour prendre le nom de Newcastle, le « nouveau château ».

La ville fut un centre pour le commerce de la laine, mais elle prit son essor grâce à l'exportation du charbon du Northumberland.

Au 19° siècle, la construction navale et l'industrie lourde font de la ville l'un des bastions industriels du Royaume-Uni.

L’Université de Newcastle est née en 1871.  Elle est l'une des plus anciennes et prestigieuses universités anglaises.

L'activité industrielle de Newcastle déclina après la Seconde Guerre mondiale.  L'activité est maintenant majoritairement dans les administrations et le commerce de détail.  On y monte encore les véhicules Nissan.

 

 

Nous n’avons pas eu l’occasion de visiter la ville et nous sommes rendus vers le sud, à quelques kilomètres au sud de la ville, admirer une sculpture métallique impressionnante, « Angel of the North ».  Il s’agit d’un ange en acier de 20 mètres de hauteur et 54 mètres d’envergure.

En raison de son emplacement exposé au vent, la sculpture est prévue pour résister à des vents de plus de 160 km/h.  Elle est posée dans un socle de béton de 20 mètres de profondeur.

Il a été conçu et monté entre 1994 et 1998.

 

Angel of the North 160810js1474w.JPGAngel of the North 160810js1475w.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A une vingtaine de kilomètres plus au sud se trouve la ville de Durham, célèbre pour sa cathédrale datant de 1098, située près d’un château normand fondé en 1070.  La cathédrale est située dur un éperon rocheux, le long du fleuve Wear.  Le site était protégé de 3 côtés et donc facile à défendre.

La cathédrale de Durham est considérée comme le chef-d'œuvre de l'École normande en Angleterre.  Une partie de la cathédrale, construite au 12° siècle, est de style gothique.

Sa longueur totale est de 125 mètres (d’Est à Ouest), dont 73 mètres pour la nef elle-même.  Le transept mesure 51 mètres.  La tour, à la croisée de transept, mesure 43 m 50.  Les deux autres tours sont plus petites.

La cathédrale est flanquée de plusieurs chapelles, d’un monastère avec son cloître et d’une bibliothèque.  Le cloître lui-même donne une réelle atmosphère de sérénité.

 

 

Nous avons pu nous arrêter sur la grand'place, avec son église gothique, et son marché couvert.

 

 

Après une courte visite de la ville, nous sommes rentrés à bord de notre navire, en direction de Zeebrugge.

Ainsi se termine notre beau voyage autour de l’Islande.

 

Jacques Schwers

Le 1° octobre 2016

 


01/10/2016
0 Poster un commentaire

LES ILES FEROË (DANEMARK)

Les Féroé, (Danemark)

Feroë paysages 160807js1437w.JPGToitures verdurisées  -  photo js

Les îles Féroé se trouvent dans l'Atlantique, à mi-chemin entre les îles Shetland et l'Islande.  Il s’agit d’un archipel de 18 petites îles, séparées de chenaux bien protégés du vent de l'océan.

 

La capitale, Tórshavn est la plus grande ville des Îles Féroé.  Elle est située dans le sud de de l'archipel, Streymoy.

La ville fut fondée entre le 9° et le 10° siècle.  Les Vikings établirent leur parlement à Tórshavn en 825, donnant à la ville le statut de capitale

 

Les sources historiques ne mentionnent pas de zones bâties à Tórshavn jusqu'à la réforme protestante en 1539.

Dès le début, Tórshavn est devenu le seul endroit pour les insulaires pour vendre et acheter des biens.

En 1856, le monopole a été aboli et le libre-échange a été instauré entre les îles.

La ville a connu une croissance rapide depuis le début du 20° siècle.  Elle est le centre administratif, économique et culturel des îles Féroé.

 

Cet archipel est tristement connu pour le massacre annuel de cétacés (entre autres des orques), une sorte de grand "jeu national".  La mer en devient rouge de sang. Notre guide nous a certifié que la viande et la graisse étaient distribuées à la population.

 

Avec le Groenland, l’archipel fait partie du royaume du Danemark.  Il possède un gouvernement propre, avec toutes les compétences à l’exception de la défense et des affaires étrangères.

 

Feroë  160807js1431w.JPG

 

Nous avons pu visiter ses côtes rocheuses et escarpées, et des vallées profondes, où coulent des nombreux torrents.  Le temps était venteux et pluvieux, peu propice à la ballade.  Le haut des vallées était dans la brume.  D'où la mauvaise qualité de mes photos.  Une spécialité du pays les toitures recouvertes d'herbes sur une couche de tourbe (comme en Norvège).  Il y a également quelques petits chevaux du genre shetland.

 

Dès notre arrivée, les services de météo marine avaient prévu une forte tempête venant de l'Atlantique, passant par l’Ecosse, les Shetland et les Féroé, en direction de la Norvège.

La météo prévoyait des creux de vagues plus de de 12 mètres, et des vents à plus de 100 km/h (54 noeuds, force 10 Beaufort).

 

Un vent tellement puissant qu’il vaporisait littéralement la partie supérieure des chutes d’eau.  Très impressionnant !

 

Nous avons dû attendre le lendemain midi pour pouvoir quitter notre abri entre deux îles et affronter une mer encore particulièrement forte.

Le programme en permettait plus de rejoindre les Orcades, ni Edimbourg, en Ecosse.  Nous nous sommes alors dirigés vers la dernière étape, New-Castle, en Angleterre.

 

 

Jacques SCHWERS

Le 29 septembbre 2016

 


29/09/2016
1 Poster un commentaire

REYKJAVIK - ISLANDE

Reykjavik (Islande)

 

L'Islande est un des pays du monde où le volcanisme est le plus actif.   Elle est située au milieu de l'Atlantique sur la dorsale médio-océanique entre l'Europe et l'Amérique.

Geyser (Islande)  (photo Wikipedia).jpg(Photo Wikipedia)

 

Ainsi, d'un point de vue de la tectonique des plaques, la partie nord-ouest de l'Islande est sur la plaque américaine et la partie sud-est est sur la plaque eurasiatique. De plus, un point chaud se situerait juste en-dessous de l'Islande, plus précisément sous le massif du Vatnajökull.

 

Cette situation unique engendre sur l'île une importante activité volcanique et géothermale, située principalement le long de ce graben, là où le magma est le plus près de la surface.  Les paysages spectaculaires en portent les traces : volcans en activité, champs de lave, sources chaudes et geysers.

 

L'éruption de l'Eyjafjöll en 2010 a provoqué la formation d'un important panache volcanique composé de vapeur d'eau, de gaz volcaniques et de cendres.  Ces dernières, poussées par les vents dominants qui les rabattent sur l'Europe continentale, entraînent d'importantes perturbations dans le transport aérien dans le monde.

 

Reykjavik, dont le nom signifie " la baie aux fumées " est la capitale la plus septentrionale du monde.

C'est la ville la plus peuplée du pays, avec environ 120 000 habitants.

Son emplacement se situe à l'endroit même où s'installèrent, dès 874 les premiers colons conduits par Ingólfur Arnarson.  C'est à Reykjavik que sont concentrées les activités politiques, industrielles, commerciales, et culturelles du pays.

 

De nombreuses merveilles naturelles sont à découvrir, dont la chute de Gullfoss, ou Chute d’or, la plus belle cascade d’Islande.  Il y a aussi le célèbre site de Geysir qui a donné son nom aux fontaines bouillonnantes, les geysers.

Nous n’avons pas eu l’occasion de visiter Reykjavik, ni de nous rendre vers le site de Geysir et de Gullfoss.

 

Nous avons, par contre fait une randonnée en 4x4, particulièrement inconfortable, sur les pistes caillouteuses du nord de la capitale.

Nous avons admiré des paysages magnifiques, des colées de laves plus ou moins récentes, et surtout les sources chaudes et leurs panaches de vapeur.  Certaines de ces sources alimentent la capitale en eau très chaude (plus de 80°C), via des pipe-lines.

 

 

Nous sommes passée par un centre équestre et d’élevage des petits chevaux islandais.

 

 

Et, pour le plaisir, des traversées d’une petite rivière, dans de grands jaillissements d’eau.

 

 

Puis ce fut le retour vers la capitale, par des bonnes routes, mais avec une suspension particulièrement dure du véhicule.

 

Jacques Schwers

Le 27 septembre 2016.

 


27/09/2016
1 Poster un commentaire

Ile de Heimaey (Archipel Westmann)

Ile Heimaey (archipel Vestmann)

 Heimaey Lave 160805js1333.JPG
(Villa disparue - photo js  -C-)

L’île de Heimaey est la seule île habitée de l’archipel Vestmann, à une dizaine de kilomètres au Sud-Est de l’Islande.

 

Comme l’Islande voisine, c’est une île volcanique dont les volcans sont encore actifs.

La dernière éruption du volcan Helgafell, en 1973, failli faire disparaître une partie du village et le port de l’île.

Grâce à l’opiniâtreté des habitants et à l’aide internationale, l’avancée de la coulée de lave a pu être arrêtée.  L’île s’est agrandie de 3 km2.

Une partie de la petite ville reste enfouie sous 12 à 16 mètres de lave.

En surface, des repères indiquent le nom de quelques maisons et des carrefours de rues.

 

Depuis 1973, la coulée de lave s’est couverte, petit à petit, de plantes pionnières, puis d’une végétation abondante.  Il y a eu d’abord la mousse et les lichens, puis des plantes grasses, et énormément de lupins.

Je vous invite à voir les photos sur mon blog http://www.jacques-ornitho.be/les-plances-pionnieres-de-heimaey

 

Cette île présente une grande richesse ornithologique, essentiellement des mouettes tridactyles accrochées aux parois verticales des falaises.  Il y a également des Sternes arctiques des cormorans, des Fous de Bassan et des Macareux moines.  Mais c’était, pour la plupart, la fin de la saison de nidification et le début de leur migration vers l'océan.

 

 

Le tour de l’île montre des paysages particulièrement grandioses, avec ses coulées de laves successives.  Une des parois a pris la silhouette d'une tête d'éléphant.  Certaines parois verticales sont couvertes de nids de Mouettes tridactyles.

 

 

 

 

Au retour, le bateau s’est placé en partie dans une gigantesque grotte, et nous avons écouté un air connu (Plaisirs d’Amour …) au saxophone, avec une sonorité extraordinaire.

C’était notre dernière étape en Islande.

 

Jacques Schwers

Le 26 septembre 2016.

 

 


26/09/2016
1 Poster un commentaire