environnement-voyages

environnement-voyages

L'île de Puerto Rico (2014)

L’île de Puerto Rico

Le pays

Puerto Rico, ou Porto-Rico, est un Etat souverain, associé aux Etats Unis par un statut de Commonwealth, ou « communauté des nations ».  Les pays membres de cette communauté restent indépendants, mais sont unis par leurs intérêts communs (commerce, circulation sur la Mer des Caraïbes).  Ils ne sont liés par aucun traité et peuvent rester neutres lorsqu'un conflit engage un ou plusieurs d'entre eux.

La capitale de Puerto-Rico est San Juan.

 

L’île de Puerto-Rico est située dans les Grandes Antilles, à l’est de Cuba et de Haïti / République Dominicaine.  Elle est baignée au nord par l’Océan Atlantique, et au sud par la Mer des Caraïbes.

Le territoire en question est constitué de l’île de Puerto Rico proprement dite et de plusieurs îles plus petites.

Au début les années 2000, le nom espagnol Puerto Rico est devenu le seul nom officiel en usage sur l'île.

Les langues officielles y sont l’Espagnol et l’Anglais.

Bien que l'Espagnol soit la langue du quotidien et de l'enseignement, l'anglais reste la langue officielle, du fait du rapprochement avec les Etats Unis.

 

L’histoire de Puerto Rico

C’est Christophe Colomb qui, lors de son second voyage, nomma l'île San Juan Bautista, en l'honneur de Jean, Prince des Asturies (1478-1497), fils de Ferdinand II d’Aragon et d’Isabelle de Castille.

Le port fut nommé Ciudad de Puerto Rico, ou « Cité du port riche ».

Au cours des temps, les marchands et marins en sont venus à se référer à l'ensemble de l'île sous le nom de Puerto Rico, tandis que San Juan est devenu le nom utilisé pour le port de commerce, et deviendra la capitale de l'île.

En 1493, Christophe Colomb prit possession de l’île au nom de la Couronne de Castille.  La colonisation de l'île par les Espagnols ne commença qu'en 1508. Elle inaugura une ère qui devait se prolonger jusqu'à la fin du 18° siècle.

 

L'histoire de l'archipel de Puerto Rico avant l'arrivée de Christophe Colomb n'est pas bien connue.  Les connaissances actuelles viennent des recherches archéologiques et des premiers témoignages espagnols.

 

Au moment de l’arrivée des Espagnols, l'île était habitée par des Amérindiens "Taïnos" qui furent bientôt réduits en esclavage et décimés par les dures conditions de travail imposées par l'occupant, ainsi que par les maladies européennes, contractées au contact des espagnols.

Des esclaves africains remplacèrent les Taïnos, et Puerto Rico devint un bastion et un port important pour l'empire espagnol.

 

Au 17° siècle et au début du 18° siècle, durant la période coloniale, l’île était un des territoires plus prospères du continent américain.

Après la rapide indépendance des États d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale, dans la première partie du 19° siècle, Puerto Rico et Cuba devinrent les seuls restes du grand empire espagnol d'Amérique.

En juillet 1898, pendant la guerre hispano-américaine, Puerto Rico fut envahie par les États-Unis.  En décembre 1898, le traité de Paris, signé entre les États-Unis d'Amérique et l'Espagne, est ratifié par le Sénat américain après un débat houleux.  En échange de 20 millions de dollars, l'Espagne cède ses dernières possessions d'Amérique latine.

L’île de Cuba, elle, est restée possession des Etats Unis jusqu’en 1902, avant de devenir indépendante.

 

En ce qui concerne Puerto Rico, les premières élections démocratiques de son histoire ont eu lieu en 1952, année au cours de laquelle le Président Luiz Munoz Marin aide Puerto Rico à obtenir une autonomie partielle vis-à-vis des États-Unis.

En 2010, la Chambre des représentants des États-Unis permet un processus formel d'auto-détermination pour l'île.  En 2012, le gouverneur de Puerto Rico organise un référendum demandant aux Porto Ricains de proroger jusqu'en 2020 le statut actuel d' « État libre associé », ou Commonwealth.

 

La situation juridique et diplomatique de Puerto Rico est complexe.

Non représentée aux Nations Unies, l'île a un Comité National Olympique.

Comme état libre, mais associé aux Etats Unis, Puerto Rico n'a aucune obligation vis-à-vis du fisc fédéral américain.  Ses habitants ne payent que des impôts locaux.

Les Portoricains n'ont pas le droit de vote lors des élections présidentielles.  Paradoxalement, ils votent pour la désignation des candidats démocrate et républicain à cette élection lors des primaires.

Les compagnies aériennes américaines la considèrent comme une « destination internationale ».  Les avions des compagnies portoricaines doivent porter un numéro de registre américain.

 

Tourisme

L'île de Puerto-Rico est une importante destination touristique des Caraïbes, entre autres du fait de son rattachement administratif aux Etats Unis.

Le climat est constant toute l'année avec des températures de l'ordre de 15 à 35°C.

 

La capitale, San Juan (GPS : 18°29'N ; 66°08'O), fondée en 1521, possède une riche histoire.  Elle est le lieu d'attraction principal de l'île, notamment la vieille ville construite par les Espagnols.  Elle possède de nombreux bâtiments historiques, comme le Capitole et le Castillo San Felipe del Morro, ainsi nommé en l’honneur de Philippe II d’Espagne.  Ce château a été construit au XVI° siècle pour garder la baie de San Juan.

L'autre grande ville de l'île, Ponce, possède une atmosphère totalement différente, beaucoup moins touristique, mais plus coloniale et plus bourgeoise.  C’est là qu’on cultive la canne à sucre, qui est à la base de fabrication du rhum.

Puerto Rico est aussi le lieu d'accueil du radiotélescope d’Aceribo, exploité, depuis 1963, par l’Université Cornell (USA).  Il est à l’origine de nombreuses observations de l’espace.

(http://www.naic.edu/general/)

 

A l’est de Puerto Rico se trouve une forêt tropicale humide montagneuse préservée par un parc national nommé El Yunque.  De nombreux chemins de randonnée sont accessibles à tous, à condition d’être munis de l'équipement adapté.  Il y tombe en moyenne 6m d'eau par an, 6 fois plus qu'en Belgique.

Les plages de l'île, surtout dans la partie nord-est et dans les deux petites îles, sont très attractives pour les plongées, le surf, etc.

L'île possède de nombreux vestiges  de la civilisation précolombienne Taïno.

 

Lors de notre voyage, nous nous ne sommes, malheureusement, restés que quelques heures à San Juan, en fin d’après-midi et en soirée.

Nous avons dû nous contenter d’une visite dans un car, dont le conditionnement d’air était réglé sur une température relativement basse par rapport à l’extérieur.  De quoi attraper un bon refroidissement !!

Nous sommes passés devant le "Capitole", puis par la structure massive du Castillo San Felipe del Morro.

La nuit tombée, par la ville de San Juan, très peu éclairée.  Nous avons pu voir, en passant, quelques immeubles colorés.

Au port, dans la zone franche, il y a quelques magasins hors taxes : on y vend des bijoux, des montres, des alcools pour beaucoup moins cher que chez nous.

Nous n'avons fait que visiter les étals.

Cette île mérite certainement une visite plus approfondie.

 

 

(Texte inspiré de mes propres notes et, entre autres, par différents sites, comme Wikipedia

http://fr.wikipedia.org/wiki/Porto_Rico)

 

Jacques Schwers

Le 9 février 2014

 



09/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres