environnement-voyages

environnement-voyages

La ville de Saint Malo

 

(Photo Wikipedia)

 

 

Saint Malo, commune bretonne, se situe en Isle et Vilaine, le long de la Côte d’Emeraude, à l’embouchure de la Rance et de son usine marémotrice.
 

 

Saint-Malo doit son nom au moine gallois Mac Low qui, vers le 6ième siècle, s’y installe et devient évêque d'Alet, berceau antique de la ville actuelle.

La ville elle-même est fondée au milieu du 12ième siècle sur un îlot rocheux.

Dès le 13ième siècle, les Malouins, qui étaient de grands marins, attaquent déjà des navires ennemis.

Entre 1395 à 1415, le Roi de France, Charles VI, leur accorde des franchises portuaires.

A la fin du 15ième siècle, Anne de Bretagne, par ses mariages avec Charles VIII, puis Louis XII, annexe le Duché de Bretagne au Royaume de France.

Pour mieux garder les franchises portuaires, les Ducs de Bretagne ont fait bâtir le château de St Malo, que les Malouins assiègent en 1590.   Ils se déclarent alors « République Indépendante », jusqu'à l'abjuration du Roi Henri IV.

 

La Ville appelée jadis « Saint-Malo de l’Isle » resserrée dans son enceinte étroite (16 hectares) autour de sa cathédrale St Vincent, est partiellement détruite en 1661 par un incendie.

Dans les années suivantes, Vauban et Garangeau transformèrent la ville en l’agrandissant à 4 reprises jusqu’à 24 hectares.

C’est ce qu’on appelle maintenant « l’intra-muros »  Depuis la Porte Saint-Vincent, principale entrée de la cité, jusqu’à la Porte Saint-Thomas, les remparts mesurent 1754 mètres.  Ils sont classés Monument Historiques depuis 1921.

 

Grâce à ses explorateurs et ses marchands qui naviguent vers les Indes, la Chine, l'Afrique et les Amériques, la prospérité de la cité est prodigieuse aux XVII et XVIIIe siècles.

La richesse des négociants s’exprime au mieux dans les constructions qu’ils ont laissées.  Les anciennes constructions de pierres sont encore assez nombreuses pour témoigner de ce que fut la richesse de Saint-Malo.

 

Les combats de 1944 dévastent le port et détruisent partiellement l'Intra Muros.  Si la reconstruction lui a restitué sa silhouette légendaire, Saint-Malo, se dote depuis des équipements indispensables au tourisme.

Le 26 octobre 1967, les communes de Saint-Malo intra-muros, Saint-Servan, Paramé et Rothéneuf fusionnent : c'est la naissance du Grand Saint-Malo et un nouveau départ pour la ville.

 

 

Le Pavillon Malouin flotte toujours au sommet du donjon du château, au-dessus du drapeau National.  Il est la fierté des habitants de la Cité Corsaire, symbole de leur esprit d'indépendance.  Leur devise  malouine est « Ni français, ni breton, malouin je suis ».

 

Parmi les nombreux explorateurs qui partirent de St Malo vers des contrées lointaines,   Jacques Cartier, entre 1534 et 1542, découvre les Bancs de Terres-Neuves, le fleuve St Laurent et le Québec.  C’est en souvenir de cette découverte que les villes de Québec et de St Malo organisent ensemble, tous les 4 ans la Transat Québec - St Malo pour des voiliers de la « Classe 40 ».  La dernière édition a eu lieu en été 2012.  Il y avait 2 équipages belges, dont le "Proximedia".  3 de ses membres d'équipage étaient des jeunes diabétiques : une victoire sur eux-mêmes. (voir le site de l'asbl Force Douce)

 

 

(Texte inspiré du site du Tourisme de St Malo)

 

Jacques

20/11/2012

 

 



20/11/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres