environnement-voyages

environnement-voyages

Les changements climatiques : cri d'alarme

Cet article constitue une adaptations de différents articles parus sur le sujet.

Un article de Rémy Olivier repris du site Univers-Nature (19/12/2012)

Des rapports de l’Agence Européenne pour l’environnement (30/11/2012)

 

 

Les changements climatiques : cri d’alarme !

 

Le changement climatique est apparent dans toute l’Europe, ce qui confirme le besoin urgent de s’adapter.  Ce changement a de nombreux impacts sur la société et sur l'environnement, en particulier en Europe.

La dernière évaluation de l'Agence Européenne pour l'Environnement dresse un nouveau bilan provisoire peut réjouissant, susceptible d'entraîner de grands dommages.

Pour Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l'Agence Européenne pour l’Environnement, le changement climatique est une réalité à l’échelle mondiale.  Son étendue et sa rapidité deviennent sans cesse plus évidents.  Ceci signifie que tous les acteurs de l'économie, y compris les ménages, doivent s'adapter et réduire leurs émissions.

 

Comme le montre le rapport intitulé « Climate change, impacts and vulnerability in Europe 2012 » (Changement climatique, impacts et vulnérabilité en Europe 2012), on a observé en Europe des températures moyennes plus élevées, ainsi qu'une diminution des précipitations dans les régions méridionales et une augmentation de ces dernières en Europe du Nord.  La calotte glaciaire du Groenland fond, de même que les glaces de l’Océan Arctique, et de nombreux glaciers en Europe.  Le manteau neigeux a diminué et une grande partie du permafrost (terres gelées en permanence) s’est réchauffée.

Ces dernières années, des évènements climatiques extrêmes tels que vagues de chaleur, inondations et sécheresses ont entraîné des dommages de plus en plus coûteux en Europe.  Il convient certes de disposer de davantage de preuves pour déterminer la part du changement climatique dans cette tendance, mais l'augmentation des activités humaines a été un facteur clé.  Des évènements extrêmes devraient devenir plus intenses et plus fréquents.

 

Si les sociétés européennes ne s'adaptent pas, le coût des dommages devrait, selon le rapport, s'accentuer.  Certaines régions seront moins à même de pouvoir s'adapter au changement climatique que d'autres, en partie à cause des disparités économiques en Europe.  Les effets du changement climatique pourraient renforcer ces inégalités.

En bref, le changement climatique est une réalité à l’échelle mondiale, son étendue et sa rapidité deviennent sans cesse plus évidents. Ceci signifie que tous les acteurs de l'économie, y compris les ménages, doivent s'adapter ainsi que réduire leurs émissions.

 

Le réchauffement climatique

La dernière décennie (2002–2011) a été la plus chaude jamais enregistrée en Europe, avec des températures du sol supérieures de 1,3°C à la moyenne de l’ère préindustrielle (19° siècle).  Diverses projections modélisées montrent que la température moyenne de l'Europe pourrait être de 2,5 à 4°C plus élevée dans la seconde moitié de ce siècle par rapport à la moyenne enregistrée de 1961 à 1990.

Si les précipitations diminuent dans les régions méridionales, il est établi qu'elles augmentent en Europe septentrionale. Ces tendances devraient se poursuivre.  Le changement climatique devrait augmenter la fréquence des débordements des cours d’eau et rivières, surtout dans le nord de l'Europe, car l'augmentation des températures intensifie le cycle de l'eau.  L'assèchement des cours d’eau et rivières semble être devenu plus sévère et fréquent en Europe méridionale.

L'Arctique se réchauffe plus vite que les autres régions.  En 2007, 2011 et 2012, on a enregistré une diminution très importante des glaces de l’Océan Arctique, environ la moitié de l'étendue minimale constatée dans les années 1980.  La fonte de la calotte glaciaire du Groenland a doublé depuis les années 1990, avec une perte annuelle moyenne de 250 milliards de tonnes de 2005 à 2009.  Les glaciers des Alpes ont perdu environ les deux tiers de leur volume depuis 1850 et cette tendance devrait se poursuivre.

 

Le niveau des mers s'élève, ce qui augmente le risque d'inondations côtières lors de tempêtes.  Le niveau moyen des mers a augmenté de 1,7mm par an au cours du XXe siècle, et de 3mm par an au cours des dernières décennies. Les projections varient énormément, mais il est probable que la montée du niveau des mers au cours du XXIe siècle dépassera celle du siècle précédent.

Il est souligné dans le rapport qu'outre les impacts résultant de la chaleur, d'autres effets sur la santé humaine sont également importants.

 

Le changement climatique intervient dans les migrations d’animaux qui se développent plus au Nord.  Certains insectes venant du sud, par exemple, pourrait constituer une nouvelle source de propagation de certaines maladies.  La floraison des plantes (donc aussi la saison des pollens, survient plus tôt dans l'année, tout comme le développement du phytoplancton et du zooplancton dans les eaux douces.  D'autres animaux et végétaux migrent vers le nord ou en altitude car leur habitat se réchauffe.  Mais la vitesse de migration de bien des espèces est insuffisante par rapport à celle du changement climatique, ce qui pourrait conduire à leur disparition.

Si l'Europe du Sud devrait disposer de moins d'eau pour l'agriculture, les conditions pourraient s'améliorer dans d'autres régions.  Parallèlement, pour certaines cultures, plus septentrionales, la saison de croissance s'est allongée en Europe et cette évolution devrait se poursuivre.

 

Cadre général

Le rapport a pour but de montrer l'étendue des impacts du changement climatique en Europe, et de fournir également des informations pour la stratégie d’adaptation européenne de la Commission Européenne.  En outre, l'AEE soutiendra la stratégie par une évaluation d'une sélection d'actions d'adaptation en Europe, qui sera publiée au début de 2013.

 

Le site web Climate adapt contient une  grande quantité d'informations visant à aider au développement et à la mise en œuvre de l'adaptation au changement climatique.

 

 

Pour conclure.

Il est, selon moi, plus que temps de cesser nos individualismes régionaux et d'agir ensemble pour sauver notre Terre, tant qu'il en est encore temps !

Cette Terre, nous ne la possédons pas.  Nous l'avons reçue de nos ancêtres.  Nous l'empruntons seulement à nos enfants.  Puissent-ils y trouver un environnement agréable.

Jacques Schwers

6/01/2013



06/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres