environnement-voyages

environnement-voyages

Les habitants du Lac du Der

Cet article reprend un article similaire paru en 2008 sur mon blog "jacques-ornitho" (sites d'observations à l'étranger), à la suite d'un voyage vers ce haut lieu des migrations des grues.

 

 

 

Le Une étape de migration : lac du Der - Chantecoq (Champagne)

 

La Seine et ses affluents, comme la Marne, ont la réputation de parfois sortir de leur lit à la fin de l'hiver.   Pour gérer ces phénomènes, l'Institution Interdépartementale des Barrages-Réservoirs du Bassin de la Seine a entrepris de régulariser les flots de la Seine notamment après la grande crue de 1924.

Un programme de travaux fut établi en 2 étapes.
La première étape consista à construire 4 réservoirs, entre 1932 et 1949, dont celui de Champaubert-Aux-Bois en 1938.   Ces réservoirs se révélèrent rapidement insuffisante, surtout après les inondations de 1955.

La seconde étape fut celle de construire une série de réservoir sur les cours de la Marne, l'Aube et la Seine.

- Le réservoir de la Seine, dit Lac de la Forêt d'Orient (terminé en 1966) : il comprend le lac d'Orient, le lac du Temple et le lac Amance.
- Le réservoir de l'Aube (terminé en 1990)
- Le réservoir de la Marne, dit lac du Der – Chantecoq, inauguré en 1974.

Ce réservoir représente 350 millions de m3, sur une superficie de 4.800 hectares.
Le choix de l'implantation du réservoir était lié aux caractéristiques locales du sous-sol, en l'occurrence un terrain imperméable de surface importante et comportant un relief en forme de cuvette.   Ce fut le cas de la région du Bocage Champenois riche en argile.    Malheureusement, le tracé du plan du lac impliqua la disparition de 3 petits villages : Chantecoq, Champaubert et Nuisement aux bois.

 

Le Lac du Der, les étangs, les prairies et les bois présentent une très grande diversité écologique et accueillent une faune et une flore sauvage abondante.   C'est une étape importante pour la migration et l'hivernage de plusieurs dizaines de milliers d'oiseaux.   On y a recensé au moins 270 espèces d'oiseaux dont certaines sont réputées rares et/ou menacées.   Il y a aussi 40 espèces de mammifères, 45 espèces de libellules et plus de 200 espèces végétales caractéristiques des milieux humides.    Cette richesse est liée à une grande diversité d'habitats naturels tels que roselières, bois de saules inondés, vasières et marécages.

Le site du Der est classé en « Réserve Nationale de Chasse et de Faune Sauvage » dès 1978, « Zone spéciale de conservation au titre de la Directive Oiseaux » et « Zone de protection spéciale au titre de la Directive Habitat ».   La gestion du site confiée à l'Office National de la Chasse et de
la Faune Sauvage.

 

Le site du LAC du DER figure aussi parmi les espaces naturels de la « Convention internationale de RAMSAR » sur les zones humides, gage de la protection des espèces et des milieux naturels.   L'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, en dehors des missions de surveillance et d'informations du public, assure des travaux d'entretien, d'aménagement et de restauration des milieux ainsi que le suivi  de l'évolution des espaces et des espèces.


La Ligue de Protection des Oiseaux, Délégation Champagne-Ardenne, gère des sorties, animations tout public, notamment durant  toute la période des grues (fin octobre à fin novembre et en février).   Sur le terrain, divers équipements sont mis à la disposition du public comme les observatoires sur le lac et les étangs d'Outines-Arrigny, les lunettes d'observation ou le Sentier de Découverte Nature.

 

 

A quelques kilomètres du lac du Der, se trouve la « Ferme aux Grues »,  Propriété du Syndicat d'Aménagement Touristique du Lac du Der.   Elle est installée sur une ancienne exploitation agricole, située dans l'une des principales zones d'alimentation des grues cendrées.   Le premier objectif est de fidéliser les grues sur les 61 hectares de la ferme moyennant un agrainage de maïs régulier de janvier à mars.   Ce dispositif contribue à la réconciliation des agriculteurs et des grues en maintenant sur place jusqu'à 6000 grues qui, si elles ne sont pas dérangées, ne vont pas se nourrir dans les champs voisins.
Pour découvrir ce site, la Ligue pour la Protection des Oiseaux, gestionnaire de la Ferme aux Grues, accueille et informe les visiteurs grâce à l'observatoire, à une exposition permanente et aux bénévoles de l'association.   Pour les photographes, deux affûts sont installés dans la zone d'agrainage.

 

 

 

 

Le présent texte a été inspiré par les textes du site officiel du Lac du Der et avec leur  aimable autorisation.

 

Jacques

6/01/2012



06/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres