environnement-voyages

environnement-voyages

LES OGM ET L'EUROPE

Les OGM et l’Europe

 

L'Europe et les OGM 2015.JPGPhoto JS   (C)

 

Le 13 janvier 2015, les eurodéputés ont adopté un amendement à une directive datant de 2001, permettant à un pays de l'Union de s’opposer aux cultures OGM (organismes génétiquement modifiés) sur son territoire.

Dans le même temps, cette législation devrait faciliter la culture de semences transgéniques en Europe, traditionnellement hostile aux biotechnologies.

 

Jusqu'à présent, la Commission autorisait les OGM après avis de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Jusqu’à présent, lors des conseils européens, les eurodéputés se retrouvait systématiquement confrontés à l'hostilité des Etats anti OGM.

Parallèlement, pour interdire ces cultures transgéniques, les 19 Etats anti OGM devaient prendre des clauses de sauvegarde ou des mesures d'urgence pour des motifs environnementaux et sanitaires : une procédure juridique sujette à cautions.

 

Désormais, les capitales pourront évoquer aussi des motifs d'aménagement du territoire, de politique agricole, ou des conséquences socio-économiques.

Cela signifie que les Etats qui souhaitent bannir des OGM de leurs territoires devront négocier avec les semenciers, sous la houlette de la Commission.

En cas de refus du semencier, l'Etat membre pourra quand même interdire les OGM de manière unilatérale.

Ceci  devrait empêcher les firmes des biotechnologies, comme le géant américain Monsanto d’envahir le pays de ses semences transgéniques.

Cependant, beaucoup d'eurodéputés conservateurs dénoncent un recul de l'Europe, qui va laisser les pays membres de décider comme ils l'entendent.  Pour certains députés conservateurs, ce texte risque d’introduire une distorsion de concurrence entre agriculteurs des pays qui ont autorisé les cultures OGM et les autres.

Certains eurodéputés font remarquer que nous ne sommes pas à l’abri d’un recours des fabricants d’OGM contre l’Europe, ou même l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC)

 

Une chose est certaine, c’est que la nouvelle législation va accélérer la mise en culture de semences transgéniques sur le sol européen.

Un seul OGM est actuellement cultivé en Europe : le maïs MON810 du groupe américain Monsanto.

Trois autres semences génétiquement modifiées ont été autorisées mais abandonnées par les entreprises qui les commercialisaient, faute de débouchés.

Or, huit dossiers d'OGM attendent une autorisation européenne de culture.

 

Vu des délais pour la mise en œuvre de la nouvelle législation Les premières mises en culture ne devraient pas intervenir avant 2016.

D'ici là, la situation pourrait même encore avoir changé.

Le président de la Commission européenne, a inscrit dans ses priorités de 2015 la révision de la procédure d'autorisation des OGM.

La controverse n'est pas close.

 

 

Je me suis basé, pour ce texte d’un article paru sur le site  «Le monde – planète», que je vous suggère de consulter pour plus de détails.


http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/01/14/la-culture-des-ogm-autorisee-dans-l-union-europeenne_4556166_3244.html#PbKQ3eQB1V680wYA.99

(© Le Monde.fr | 14.01.2015.  Mis à jour le 15.01.2015 par Cécile Ducourtieux et Audrey Garric.)

 

 

J’attends vos réactions avec impatience.  N’hésitez pas à donner votre opinion à ce sujet.

 

Jacques Schwers

Le 18 janvier 2015

 



18/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres