environnement-voyages

environnement-voyages

Pesticides en hausse, mais, pour les politiques "rien de grave" !

Pesticides en hausse, mais,  pour les politiques, «rien de grave»!

 

Photo "Univers-Nature"

 

En septembre et décembre 2007, le «Grenelle Environnement», un ensemble de rencontres politiques organisées en France, visait à prendre des décisions à long terme en matière d'environnement, de développement durable, et de restauration de la biodiversité.

 

Issu de ce «Grenelle environnement», le plan Ecophyto 2018 fixait une réduction de 50% de l’usage des pesticides en France, en 10 ans.

Ce plan particulièrement ambitieux, était malheureusement non-contraignant.  Il était essentiellement basé sur la formation, la recherche et la bonne volonté des agriculteurs.

Six ans après sa mise en œuvre, on ne peut constater que son échec.

 

Les chiffres de la campagne agricole 2013, qui viennent d’être rendus publics, sont particulièrement décevants.  Ils annoncent 9,2 % de hausse de traitements pesticides par rapport à l’année 2012.

La météo explique en partie ce fort mauvais résultat.  Le printemps très humide ayant favorisé la prolifération de champignons, limaces et autres indésirables pour les agriculteurs.

 

Par ailleurs, la moyenne sur les 5 premières années indique une tendance  nettement en hausse de consommation de pesticides, avec + 5 % en moyenne entre 2009 et 2013.

Autrement dit, l’usage des pesticides a augmenté alors que le plan Ecophyto 2018 visait à le diviser de moitié.

 

Une mission parlementaire française, mise en place au printemps 2014, devait faire des propositions pour une nouvelle version du plan de réduction des pesticides.

Malgré ce triste constat, pour le député responsable de cette mission, «l’heure est à l’optimisme.»

En effet, selon lui, « La révolution culturelle est en marche » et doit s’appuyer sur un effort « considérable » de recherche et d’innovation.

Pour ce député, 4 domaines d’actions sont prioritaires :

- la diversité et la des cultures et leurs rotations au fil des campagnes agricoles

- le choix de variétés plus résistantes

- le développement du «biocontrôle», pour limiter la présence d’insectes, de plantes, et d’algues, sur au moins 15 % des surfaces traitées

-   le soutien à la modernisation l’équipement

 

De son côté, l’Association Générations futures (en pointe sur le dossier des pesticides), considère que l’échec d’Ecophyto 2018 démontre que la profession agricole, dans sa globalité, ne joue pas le jeu.

 

Si on veut que les comportements changent, comme l’explique le porte-parole de l’association, il faut fixer des objectifs de réduction progressifs, obligatoires dans le temps.  Il ajoute qu’il faut récompenser les professionnels qui prendront des risques pour atteindre ces objectifs.

Simultanément, les agriculteurs qui ne jouent pas le jeu devraient être soumis à des taxes importantes.

 

On peut constater que la France est le 2ème consommateur de pesticides, après les États-Unis, de alors que sa surface est beaucoup plus petite.

Par ailleurs, la Suisse, avec un climat de plaine semblable à celui de la France, a le même rendement à l'hectare en utilisant 5 fois moins de pesticide.

Je ne dispose pas des chiffres de consommation de pesticides en Belgique.

Beaucoup d’agriculteur prônent plus de petites exploitations à taille humaine, avec instauration de pénalités au-delà d'un certain nombre de bêtes et des primes beaucoup plus importante pour les agriculteurs bio.

 

Il ne faut pas perdre de vue non plus les effets nocifs des pesticides, non seulement sur la biodiversité en général, mais aussi sur la santé des agriculteurs, des riverains des champs pulvérisés, et sur les consommateurs en général. (//www.environnement-voyages.com/les-pesticides-systemiques-et-la-nature)

 

Je rappelle ici le récent procès d’un vigneron français, condamné pour avoir refusé de traiter ses vignes avec un insecticide.  Un insecticide de synthèse qui peut être remplacée par des produits naturels non toxiques.  Ce vigneron a, fort heureusement, été acquitté par le Tribunal de première instance. (//www.environnement-voyages.com/refuser-de-polluer-n-est-pas-un-crime)

 

 

 

Je me suis basé, pour cet article, sur le site de «Univers-nature», que je vous conseille de consulter pour de plus amples informations.

//www.univers-nature.com/actualite/pesticides-une-hausse-mais-rien-de-grave-pour-les-politiques-66744.html

 

Et vous, avez-vous un commentaire à faire à propos  de destruction de notre terre par des pesticides et insecticides ?  J’attends vos commentaires avec impatience.

 

Jacques Schwers

Le 4 janvier 2014

 



04/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres