ENVIRONNEMENT - POLLUTION - OGM 2017 - Environnement-voyages

environnement-voyages

environnement-voyages

ENVIRONNEMENT - POLLUTION - OGM 2017


LE DECLIN DE LA BIODIVERSITE

Le déclin de la biodiversité

 

 Déclin de la biodiversité.jpg

Un homme collecte des plastiques apportés par la mer, à Manille, aux Philippines.   Photo extraire du Monde :  ALDARINHO / SHUTTERSTOCK.COM

 

Sur tous les continents, la nature et le bien-être humain sont en danger.

Le déclin continu de la vie sauvage menace les conditions de vie des populations, alertent les experts mondiaux de l’IPBES, le « GIEC de la biodiversité.

Un résumé extrait du journal « LE MONDE » (23.03.2018 - par Audrey Garric et Pierre Le Hir) (références en fin de cet article)

 

Partout sur la planète, le déclin de la biodiversité se poursuit, réduisant considérablement la capacité de la nature à contribuer au bien-être des populations.

Ne pas agir pour stopper et inverser ce processus, c’est mettre en péril non seulement l’avenir que nous voulons, mais aussi les vies que nous menons actuellement.

 

(Message d’alerte délivré par la Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), réunie du 17 au 24 mars 2018 à Medellin (Colombie), pour sa 6e session plénière.)

Cette plateforme livre le résultat d’un travail colossal, qui s’est étalé sur trois années.

 

L’IPBES a divisé le globe en quatre régions : l’Afrique, les Amériques, l’Asie-Pacifique et l’Europe-Asie centrale.

Pour chaque zone géographique, leur analyse approfondie est synthétisée dans un résumé à l’intention des décideurs » d’une quarantaine de pages.

C’est ce document, qui constitue une sorte de consensus politique, qui doit servir de base à l’action des gouvernements, même s’il n’a aucune valeur contraignante.

La biodiversité et les contributions apportées par la nature aux populations semblent, pour beaucoup, éloignées de nos vies quotidiennes.

Elles sont pourtant la base de notre alimentation, de notre eau pure et de notre énergie.

Elles sont au cœur non seulement de notre survie, mais aussi de nos cultures, de nos identités et de notre joie de vivre.

On pourra juger restrictive cette approche, qui envisage la nature à l’aune des seuls services qu’elle rend à l’humanité, sans considérer que la survie des espèces animales et végétales est en elle-même précieuse.

Mais l’objet de certains rapports est de mettre en garde contre une chute de la biodiversité qui met en danger les économies, les moyens d’existence, la sécurité alimentaire et la qualité de vie des populations partout dans le monde.

Aucune des régions étudiées n’échappe à une régression spectaculaire de sa biodiversité, avec des projections très alarmantes.

 

L’Afrique

L’Afrique est le dernier endroit sur Terre avec un large éventail de grands mammifères, mais jamais par le passé il n’y a eu autant d’animaux menacés qu’aujourd’hui, par une série de causes humaines et naturelles.

Quelque 500 000 km2 de terres sont déjà dégradées du fait de la déforestation, de l’agriculture non durable, du surpâturage, des activités minières, des espèces invasives ou du réchauffement climatique.

A la fin du siècle, certaines espèces de mammifères et d’oiseaux pourraient avoir perdu plus de la moitié de leurs effectifs.

La productivité des lacs (en poissons) avoir baissé de 20 % à 30 %, en raison du dérèglement climatique.

 

L’Asie-Pacifique

En Asie-Pacifique, la biodiversité est confrontée à des menaces sans précédent, allant des phénomènes météorologiques extrêmes et de l’élévation du niveau de la mer, aux espèces exotiques envahissantes, à l’intensification de l’agriculture, à la surpêche et à l’augmentation des déchets et de la pollution.

 

Malgré quelques succès pour protéger certains écosystèmes vitaux, les experts craignent qu’ils ne suffisent pas à enrayer le déclin de la biodiversité.

Aujourd’hui, 60 % des prairies d’Asie sont dégradées, près de 25 % des espèces endémiques sont menacées et 80 % des rivières polluées par le plastique dans le monde s’y trouvent.

Si les pratiques de pêche se poursuivent au même rythme, la région ne comptera plus de stocks de poissons exploitables d’ici à 2048.

Jusqu’à 90 % des coraux, qui revêtent une importance écologique, culturelle et économique critique, souffriront d’une grave dégradation avant le milieu du siècle, même dans l’hypothèse d’un changement climatique modéré.

 

Les Amériques

Sur le continent américain aussi, l’impact du dérèglement climatique sur la biodiversité va s’intensifier d’ici au milieu du siècle, devenant un facteur de déclin aussi puissant que le changement d’affectation des terres.

Globalement, les populations d’espèces sauvages ont déjà décru de 31 % depuis la colonisation par les Européens.

La forêt amazonienne a été réduite de 17 % par l’emprise des activités humaines.

Et les récifs coralliens ont perdu plus de la moitié de leur superficie depuis 1970.

Au milieu du siècle, 40 % de la biodiversité originelle pourrait s’être éteinte.

 

L’Europe - Asie centrale

Enfin, en Europe et Asie centrale, la situation n’est guère meilleure.

42 % des animaux terrestres et des plantes ont enregistré un déclin de leurs populations au cours de la dernière décennie, de même que 71 % des poissons et 60 % des amphibiens.

En outre, 27 % des espèces et 66 % des habitats évalués sont dans un  état de conservation défavorable dans l’Union européenne.

La première cause de cette hécatombe réside dans l’intensification de l’agriculture et de l’exploitation forestière, et particulièrement dans l’usage excessif de produits agrochimiques (pesticides, engrais à base de néonicotinoïdes) produits par des firmes comme Bayer et Syngenta.

Résultat : la région consomme plus de ressources naturelles renouvelables qu’elle n’en produit, l’obligeant à en importer massivement d’autres zones du monde.

Le rapport souligne aussi le rôle du changement climatique, qui sera l’un des principaux fléaux pesant sur la biodiversité d’Europe et d’Asie centrale dans les prochaines décennies.

 

Développer les aires protégées

N’y a-t-il donc aucun espoir ?  Les scientifiques veulent croire qu’il est encore possible d’agir pour enrayer ce déclin.

Ils appellent, pêle-mêle, à développer les aires protégées, à restaurer les écosystèmes dégradés (notamment les forêts), à limiter les subventions à l’agriculture et à l’exploitation forestière intensives, à intégrer la protection de la biodiversité dans toutes les politiques publiques, à sensibiliser davantage le grand public pour inciter à des changements de comportement ou encore à poursuivre les efforts de conservation.

En Europe, ces politiques ont par exemple conduit à sauver d’une extinction locale les populations de bisons ou de lynx ibériques, et à réhabiliter les régions boisées des Açores, de Madère et des Canaries.

 

Pour des détails complémentaires, je vous invite à consulter les documents de base ci- dessous

 

http://www.lemonde.fr/planete/article/2018/03/23/sur-tous-les-continents-la-nature-et-le-bien-etre-humain-sont-en-danger_5275433_3244.html

 

http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/03/14/face-au-choc-climatique-la-biodiversite-menacee-d-extinctions-massives_5270456_1652692.html

 

http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/03/20/les-oiseaux-disparaissent-des-campagnes-francaises-a-une-vitesse-vertigineuse_5273420_1652692.html

 

Jacques SCHWERS

Le 30 avril 2018

 


30/04/2018
0 Poster un commentaire

RENARDS ET MALADIE DE lYME

Les renards et la maladie de Lyme

Les renards aident à lutter efficacement contre la maladie de Lyme

(photo Consoglobe)

Les prédateurs peuvent lutter contre les infections véhiculées par les tiques, comme la maladie de Lyme.

Lorsqu’ils sont nombreux sur une parcelle forestière, le nombre de tiques infectées diminue.

D’après Émilia Capitaine (Consoglobe)

https://www.consoglobe.com/renards-lutter-maladie-de-lyme-cg

 

 

Selon les conclusions d’une récente étude, plus les renards et les fouines sont nombreux, moins les tiques infectent la faune.

 

Ils jouent ainsi un grand rôle contre les maladies véhiculées par les tiques, comme la maladie de Lyme.

Les renards, mais aussi les fouines, qui sont des prédateurs, permettraient de lutter efficacement contre les maladies véhiculées par les tiques, notamment la maladie de Lyme, transmise par la bactérie Borrelia. Ce sont les conclusions d’une étude publiée le 19 juillet 2017 sur le site de The Royal Society.(1)

Les expériences ont été motivées par le postulat de départ suivant : après avoir éclos, les acariens s’en prennent aux organismes auxquels ils ont facilement accès.

Dans la plupart des cas, il s’agit de rongeurs.

Or, ces rongeurs sont très souvent porteurs d’infections transmissibles à la tique, qui contaminera à son tour d’autres animaux.

 

Les prédateurs peuvent être d’un grand secours pour lutter contre ce cercle vicieux, en réduisant le nombre de tiques infectées.

En outre, plus le nombre de prédateurs est important, moins les rongeurs présentent de tiques sur leur organisme. Un phénomène que les chercheurs expliquent par le fait que la présence de renards et de fouines fait peur aux rongeurs qui, du coup, sortent moins.

Les rongeurs se faisant discrets, les tiques attaquent d’autres cibles, non porteuses d’infections.

 

Je vous suggère de lire l’article original à l’adresse :

https://www.consoglobe.com/renards-lutter-maladie-de-lyme-cg

 

Jacques SCHWERS

le 14/08/2017

 

A lire aussi : 

 

  1. Cascading effects of predator activity on tick-borne disease risk“, Proceedings of the Royal Society

 


14/08/2017
0 Poster un commentaire

Communiqué de Presse : La Politique Agricole Commune

Réforme de la Politique Agricole Commune : la société civile se mobilise

 

PHOTO NATAGORA (C)

 

Le système agricole et alimentaire européen est en faillite : il ne profite qu’à une minorité, au détriment des consommateurs, de l’agriculture familiale et locale et de l’environnement.

Une consultation sur la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) est en cours. La société civile est bien décidée à se faire entendre. Et appelle les citoyens à s’exprimer.

Les débats sur la PAC sont habituellement confinés, et soumis à une pression intensive du lobby agro-alimentaire. Mais, jusqu’au 2 mai, la Commission Européenne consulte les citoyens.

Une telle opportunité ne se représentera peut-être plus. Or, vu qu’elle  touche à l’alimentation, la santé, la biodiversité et les paysages, l’agriculture est typiquement une politique sur laquelle doit pouvoir s’exprimer le plus grand nombre.

 

 

 

 

 

Réunis en plateforme commune en Belgique, Natagora, Natuurpunt, le WWF-Belgique, Inter Environnement Wallonie et Bond Beter Leefmilieu ont mis en place un outil pour permettre aux citoyens de s’exprimer de façon simple et rapide à cette consultation. Les associations appellent un maximum de personnes à se faire entendre.  L’outil est disponible sur  natagora.be/pac et wwf.be/fr/livingland. Une cinquantaine d’ONG dans toute l’Europe mobilisent leurs concitoyens à participer à la consultation également. L’enjeu est local mais aussi véritablement européen.

Cette première action de mobilisation s’inscrit dans une campagne européenne bien plus large, « Living Land ».

Elle veillera, tout au long du processus de réforme de la PAC, à promouvoir une agriculture soutenable.

Plusieurs centaines d’associations européennes qui ont rejoint Living Land revendiquent une nouvelle PAC juste, écologiquement viable, saine et globalement responsable.

 

 

 

 

Contexte :


En 1957, en plein boom démographique, la Politique Agricole Commune est lancée. Ses objectifs sont cohérents : accroissement de la productivité, modernisation des fermes et stabilisation des marchés. Dès les années 70, l’Europe se retrouve confrontée à des surproductions. Plutôt que d’adapter les objectifs de la PAC et de se pencher sur les problèmes sociaux, sanitaires et environnementaux de l’intensification, l’Europe choisit d’exporter.

Toutes les réformes successives de la PAC promeuvent alors une libéralisation des marchés agricoles. L’abandon du système de régulation des prix rend le revenu des agriculteurs incertains, sans aucun bénéfice pour les consommateurs.  Les faillites s’enchaînent, les produits de qualité disparaissent, une nourriture malsaine trouve sa place dans nos assiettes et les zones agricoles deviennent des déserts biologiques.

Le constat est sans appel : le système agricole et alimentaire européen est en faillite. Il abandonne les petits et moyens agriculteurs ainsi que les communautés rurales, détruit le climat et l’environnement, saccage la faune et la flore sauvage, et met en danger la santé publique. Un changement de paradigme s’impose.

 

 

Liens utiles :

 

 

 

 


04/04/2017
0 Poster un commentaire