environnement-voyages

environnement-voyages

Votre commune sans pesticides ?

Votre commune sans pesticides ?

 Cosmos sp140727js032w.JPGPhoto js  (c)

 

Certaines espèces animales, comme les abeilles ou les rongeurs, ne trouvent plus, dans certaines campagnes, que des environnements hostiles, où les insecticides et autres pesticides sont utilisés à outrance.

Il en est de même pour les oiseaux et autres animaux insectivores.

Ces espèces ont alors tendance à disparaître, nuisant ainsi à la biodiversité animale et végétale.

Les survivants ont alors tendance à trouvent refuge dans nos villes, où on utilise moins ces produits toxiques.

 

 

Si de plus en plus d’agriculteurs se tournent vers des méthodes biologiques, d’autres, par contre, restent fidèles à leurs dogmes productivistes et utilisent bon nombre de produits toxiques vendus, voire imposés par l’industrie agro-alimentaire, comme Monsanto ou Bayer.

Certaines autorités régionales ou départementales imposent même l’utilisation d’insecticides généralistes pour éliminer un seul insecte nuisibles pour la culture locale.

 

Les engrais chimiques déversés pour augmenter les rendements, et les pesticides destinés à éliminer les ‘menaces extérieures’, ne sont pas les meilleurs compagnons des petits habitants originels de nos campagnes.

Les abeilles et autres pollinisateurs, par exemple souffrent énormément des insecticides, et ce depuis longtemps.

Or, ces abeilles, en butinant de fleur en fleur, assurent la pérennité et la diversité des espèces végétales, et, par là même, l’alimentation et la survie humaine.

En éliminant les abeilles bourdons et autres pollinisateurs par les pesticides, on en arrivera rapidement à la disparition des fruits et légumes indispensables à la survie humaine.  Sans oublier toute la chaîne alimentaire, comme les mammifères et oiseaux insectivores.  Bref, ce serait un déséquilibre complet de la biodiversité.

 

Alors que font les abeilles pour survivre ?

Certaines d’entre elles se tournent, depuis longtemps déjà, vers les centres urbains, moins pollués.

Ils y sont rejoints par leurs prédateurs naturels.

 

Il faut aussi savoir que les engrais et pesticides ne sont pas seulement dangereux pour les insectes.  Ils le sont aussi pour l’homme qui, exposé à de trop fortes concentrations, peut développer à terme de graves maladies.  Les cas d’agriculteurs atteints de ces pathologies sont ainsi de plus en plus nombreux.

 

Pour éviter que les citadins ne développent ces maladies, les autorités, font souvent le choix de refuser d’utiliser les pesticides pour traiter les espaces verts, assurer le désherbage des bords des chemins.

Les particuliers, eux, utilisent de plus en plus de produits ‘bio’ pour engraisser les jardins privés.

 

La grande question : qu’en est-il chez vous, dans votre propre ville ou village ?

Qu’en est-il au pied de votre immeuble, devant votre portail, ou dans vos jardins.

Les autorités communales dont vous dépendez fournissent-ils des efforts suffisants pour vous protéger de ces produits dangereux ?

En vous protégeant, ces autorités protègent ainsi le maintien de a biodiversité, indispensable à la Vie.

 

En France, vous pouvez vous rendre sur www.0phyto-100pour100bio.fr.

Ce site de mobilisation citoyenne répertorie les communautés territoriales qui ont fait le choix de se passer des produits phytosanitaires. Pour l’instant, la carte ne recense qu’environ 650 villes, mais le site ambitionne de devenir exhaustif le plus vite possible.  Pour cela, il propose aux internautes des kits de mobilisation qui leur permettront de sensibiliser leurs voisins tout en interpellant les dirigeants locaux.

Je n’ai pas trouvé d’adresse pour le Belgique.

 

 

Il est important d’éviter d’utiliser les engrais chimiques et les insecticides industriels : ils sont hautement toxiques.

Mais, ce qui me semble plus important encore, dans la situation actuelle, c’est de lutter contre l’invasion permanente de produits toxiques en provenance de l’industrie phytosanitaire, comme Monsanto ou Bayer.  Lutter aussi contre le lobby des industriels qui tentent de faire imposer ‘légalement’ l’usage de leurs produits, ou de faire interdire l’usage de produits naturels, comme la ‘bouillie bordelaise’.

Soyons attentifs !!  Il y va de notre survie !!

 

 

Je me suis inspiré, pour cet article, du site de Ornithomedia, en particulier un article écrit par Benjamin le 17/072014, que je vous suggère de consulter.

 

http://www.univers-nature.com/actualite/votre-commune-est-elle-0-pesticides-66243.html

 

Photo "Univers nature" illustrant bien le danger des pesticides et herbicides 

 

J’attends vos commentaires avec impatience.

 

Jacques

Le 27 juillet 2014

 



27/07/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres